FAIRE SON DEUIL POUR MIEUX REBONDIR

Conseils et astuces / écrit par Candice Colin | Sep 11, 2014

CONSEILS ET ASTUCES 

Je vous ai souvent parlé de mon arrivée en Russie et des difficultés qui ont été les miennes à ce moment là. Je ne vous ai en revanche jamais parlé de ma réinstallation en France, pourtant elle aussi pleine de difficultés mais riche en enseignements.

Ce retour en France, nous l’avions souhaité. Enfin presque … Au bout de 5 années passées à Moscou - un environnement pas génial pour de jeunes enfants – nous commencions sérieusement à penser que l’air du Sud de l’hexagone serait plus bénéfique à nos deux terreurs de 4 et 6 ans. Même si j’étais convaincue que se réinstaller en France serait super pour les enfants, même si je n’en pouvais plus des hivers de 8 mois, du manque de lumière, de la dureté de la ville, au final je me plaisais à Moscou, je m’y étais trouvée.

A peine réinstallée, j’ai assez vite compris qu’il serait super compliqué pour moi de continuer à gérer mon activité en Russie. Et pourtant impossible de lâcher. Je poursuivais mes allers retours vers Moscou - pas vraiment  compatibles avec ma vie ici – . Et dans le même temps, j’essayais de chercher un nouveau projet à conduire en France. Sans succès. Alors pour booster ma confiance en moi considérablement en berne avec le retour, je décidais de suivre une formation de leadership au féminin (au demeurant super intéressante). Plusieurs ateliers, mises en situation se sont enchainés sur plusieurs jours  jusqu’au crash : la visualisation  de sa vie rêvée à un horizon de 5 ans. Face au noir complet, incapable de visualiser la moindre chose, je finis en pleurs au milieu des autres participantes…

A la maison, c’était chaud aussi. J’en arrivais à reprocher à Monsieur Mari notre retour de Russie (j’étais pourtant bien d’accord !!!) Et pendant que j’y étais, je lui reprochais aussi notre installation à Moscou 5 ans plus tôt : pour être revenue, il fallait bien être partie ; et si on était parti, ben c’était de sa faute.  Je ressassais, en permanence,  jusqu’au jour où je pris la décision d’arrêter mes allers-retours vers Moscou et de quitter la direction de ma société. Sans m’en rendre compte, je commençais à refermer la porte vers la Russie. Dans la foulée, je décidais de partir faire un trek dans le désert marocain. Toute seule (sans mari, ni enfants). Le voyage à pied a de cela d’extraordinaire qu’il vous ramène à l’essentiel et vous pousse à l’introspection. Au fil des jours, en marchant, j’ai senti que la porte se refermait de plus et qu’une autre était en train de s’ouvrir sur un nouveau chapitre.

Ce voyage reste à ce jour l’un des plus importants de ma vie. Il m’a permis de faire définitivement mon deuil de cette période de mon existence et de me tourner vers d’autres opportunités que j’étais incapable de voir jusqu’alors, tellement obnubilée par ce passé auquel je n’arrivais pas à dire au revoir. J’ai appris de cette expérience qu’il est important de bien clôturer certains chapitres de sa vie pour mieux les laisser partir et saisir toutes les super choses qui peuvent se présenter à nous. Parfois, il est difficile de faire se travail tout seul et il ne faut pas hésiter à se faire aider.

Quelques mois après ce trek, je voyais des opportunités et des challenges là où jamais je n’aurais pensé en voir. Ma rencontre avec Claire, fondatrice d'OFFICINEA et mon associé aujourd'hui, fut décisive. Et  pourtant, je suis certaine que je n’aurais même pas accepté de la rencontrer si le chapitre russe n’avait pas été bien refermé. Et vous, qu’ne pensez ?  Avez-vous du refermer des pans de votre vie pour rebondir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *