POUR OU CONTRE LA NOMINATION DE WONDER WOMAN COMME AMBASSADRICE DE L’ONU ?

Mes engagements / écrit par Candice Colin | Oct 24, 2016

MES ENGAGEMENTS 

De prime abord, cela ressemblait à une bonne grosse blague. Vendredi dernier, l’ONU nommait bel et bien  Wonder Woman, ambassadrice honoraire pour la cause des femmes.  Depuis, la polémique enfle au sein des associations féministes et même au coeur des Nations-Unies elles-mêmes. Une pétition de plusieurs centaines de signataires a d’ailleurs circulé dans les couloirs de l’ONU pour s’opposer à ce choix particulier.  Au premier rang des griefs : une héroïne fictive, qui par principe n’existe pas, pour porter la cause des femmes. Des voix se sont aussi élevées pour regretter que l’ONU n’ait pas choisie de mettre en lumière une vraie femme engagée plutôt qu’une pin-up de BD, aux maxi seins et au mini short.

Même si sur le coup cette « nomination » m’a fait sourire, au final je trouve cela plutôt bien vu car je fais partie des féministes pragmatiques. Pour moi, seule la finalité compte, celle de trouver le moyen le plus adéquat de parler à toutes celles que l’on souhaite toucher, en l’occurrence ici les plus jeunes. Pour moi c'est une bonne idée pour 4 raisons. 

1 - Wonder Woman est une vraie héroïne féministe - La BD, je ne la connais pas, je suis trop jeune. En revanche, je suis une fan de la première heure de Wonder Woman version télé. Armée de mon short et de mon bandeau dorée, moi aussi je sauvais le monde. Ceci étant dit, Wonder Woman ne voit pas le jour dans les années 70 mais en 1941.  Dés sa création, pas d’ambiguïté sur l’objectif comme l’atteste le communiqué de presse qui lui sert d’acte de naissance : « Wonder Woman a été conçue par le Dr Marston dans le but de promouvoir au sein de la jeunesse un modèle de féminité forte, libre et courageuse, pour lutter contre l’idée que les femmes sont inférieures aux hommes et pour inspirer aux jeunes filles la confiance en elles et la réussite dans les sports, les activités et les métiers monopolisés par les hommes. » Yeah :)

 2 – Un ambassadrice de l’ONU doit porter la cause qu’il sert par sa notoriété. Bien sûr qu’il existe des femmes exceptionnelles, pas suffisamment valorisées, qui mériteraient dix mille fois plus qu’un personnage fictif d’être mises sous les feux des projecteurs. Mais je ne crois pas qu’une nomination à un poste d’ambassadrice de l’ONU doive être assimilée à une sorte de Prix ou de Reconnaissance.  Ce dont a besoin l’ONU dans ce type de campagne, ce sont de femmes disposant déjà d’une très forte notoriété et susceptibles d’attirer l’attention. Le choix d’Emma Watson il y a deux ans avait déjà été critiqué, même après son excellent discours. Il y a fort à parier que si Beyoncé avait été nommée, la polémique irait également bon train. Seule une femme très engagée tirant sa légitimité du terrain ne serait certainement pas remise en cause. On peut le regretter mais quelle serait sa force médiatique et sa capacité à toucher les médias et un public qui ne se sent pas concerné.  C’est triste mais c’est comme cela.

A lire aussi : Féminisme : 5 raisons d'aimer le discours d'Emma Watson devant l'ONU

3 - Une grosse couverture médiatique à venir -  En juin 2017, Wonder Woman sortira sur grand écran avec à la clé une énorme couverture médiatique. Conçu pour devenir un blockbuster, il sera vu par des millions d’adolescentes et de pré-ados à un âge où les filles commencent à perdre confiance en elles. La campagne de l’ONU accompagnera le lancement du film.

4 – Oui une féministe a le droit de se promener en mini-short si ça lui plait  - Le physique de Wonder Woman joue également à plein dans la polémique. Il s’agirait -  je cite - d’ « une insulte faite aux femmes » ! Rien que cela. Personnellement,  je ne me sens pas insultée. Je n’ai jamais bien compris en quoi le fait d’être sexy empêchait d’être féministe. Dans la même veine, je ne comprends pas le procès récurrent fait à Beyoncé ou Nicki Minaj. Je ne les vois pas comme des objets sexuels.  Elles montrent eu contraire que les femmes peuvent prendre en main leur sexualité. Wake-up ! On est en 2016 et on peut être féministe de multiples façons.

Au final, le seul véritable scandale ne serait-il pas plutôt que l’ONU reste une organisation éminemment masculine ?

Mais vous, qu’en pensez-vous ? Pour ou contre la "nomination" de Wonder Woman ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *