RENCONTRE AVEC DELPHINE RAYMOND

Mes super women / écrit par Candice Colin | sept 26, 2014
photo

MES SUPER WOMEN 

Au mois de juin, je vous parlais de Sandrine Haller, co-fondatrice du site Cosméticinfopaca, LE site d’information des professionnels des cosmétiques dans la Région Provence Alpes Côte d’Azur. Cette semaine, on rencontre Delphine Raymond, son associée, elle aussi grande pro du marketing cosmétique. Delphine affiche en permanence une sérénité et un calme communicatifs qui font du bien. Maman de deux enfants, Delphine a quitté le monde du salariat il y  a 5 ans pour elle aussi se lancer dans la grande aventure de l’entreprenariat. Delphine est une super woman comme je les aime et comme nous aimons plus largement chez OFFICINEA.

Delphine, parle nous un peu de ton parcours …  Après une école de commerce et une spécialisation marketing, je suis partie à la découverte de la fonction commerciale : une année sur le « terrain » à vendre des brosses à dents et lessives pour Colgate-Palmolive dans le Nord de la France.  A la fin de cette année, j’ai intégré le groupe Yves Rocher. J’y suis restée 9 années pendant lesquelles j’ai créé et lancé toutes sortes de produits cosmétiques, du gel douche aux soins anti-âge en passant par le parfum. Un choix de vie s’est alors offert à moi et ma famille : déménager dans le sud suite à une offre d’emploi pour mon conjoint. Ni une ni deux et nous sommes partis ! J’ai alors vécu une période de flottement, une sorte de décalage horaire entre une activité intense parisienne et une vie (trop) tranquille dans le sud à m’occuper de mes enfants. Je n’ai pas souhaité réintégrer une entreprise dans la région.  J’ai d’abord réalisé un bilan de compétence qui m’a montré que j’aimais ce que je faisais précédemment mais que je cherchais à y apporter plus de sens.  De là, tout est parti…

 Pourquoi as-tu choisi d’entreprendre ?  Le projet d’entreprendre m’a toujours attiré. Le fait de pouvoir maîtriser son temps de travail et de jouir d’une certaine liberté. Arrivée dans le Sud,  l’opportunité s’est présentée. Trouver du travail dans la région n’est pas une sinécure et je n’étais pas prête à me confronter à une nouvelle entreprise. C’était le moment où jamais ! J’ai donc longuement mûri mon projet.

Comment as-tu rencontré Sandrine et pourquoi avoir choisi de travailler ensemble ? J’ai beaucoup travaillé dans mon coin à essayer de définir un projet. Dans le cadre de mes recherches, j’ai trouvé une formation sur le portage salarial et la recherche de nouveaux clients. C’est dans ce groupe de travail que j’ai rencontré Sandrine. Nous avions un parcours similaire et des prospects communs. Il était intéressant de rassembler nos forces compte tenu de notre complémentarité. Après quelques sessions de travail, nous avons décidé de créer un blog afin de nous faire connaître des entreprises de la région. En 3 mois, nous avons créé Cosmeticinfopaca ! Le simple blog est devenu un webzine proposant à la fois une veille pour présenter nos expertises en marketing et cosmétique mais aussi un vrai outil pour mettre en avant les entreprises de la filière cosmétique de la région.

Quelles ont les principales difficultés que tu as rencontrées ? J’ai rencontré des difficultés assez classiques de l’entreprenariat à savoir le doute, l’angoisse, une forme d’isolement également... On angoisse parce que les missions (et donc l’argent) ne rentrent pas comme prévu, on doute sur ses capacités à y arriver, on culpabilise de ne pas travailler quand on s’occupe des enfants et vice versa… Et puis on se heurte à des murs, des gens qui vous font douter de vous même. On entend des phrases comme « vous êtes qui pour faire ça ? », comme si on ne doutait pas déjà assez !

 Que t’apporte l’entreprenariat par rapport à ton ancienne vie de salariée ? Une fierté et une envie de réussir que je n’avais pas avant ! Après 3 ans de dur labeur, je commence à être fière du travail accompli. Il m’a fallu du temps pour me rendre compte du chemin parcouru et parfois je m’en étonne encore !

J’ai bien sûr acquis une forme de liberté. Ce qu’on ne dit pas quand on se lance à son compte c’est que cette liberté dont on rêve n’est pas aussi idyllique qu’elle y paraît, en tout cas au début. On n’ose pas prendre son après-midi sur un coup de tête. Mais c’est vrai que cela laisse une facilité pour pouvoir gérer, entre autres, les « congés maladie » des enfants ou les siens !

 Tu es maman de deux petits garçons, comment t’organises-tu, quels sont tes trucs ? L’organisation est la clé, surtout que le papa travaille à Monaco donc part très tôt le matin et rentre tard le soir… Je me fixe des heures de travail pendant lesquelles je suis à fond. Par contre, quand je récupère les enfants, je suis à 100% avec eux. C’est pour moi le « truc » essentiel. Une fois couchée je m’y remets quand cela est nécessaire. J’ai essayé de faire les deux à savoir « babysitter » mes enfants en travaillant mais cela ne donne rien de bon et ils subissaient ma frustration plus qu’autre chose !

 Et si c’était à refaire ? A quelques petites choses près je ferai la même chose mais en essayant d’être plus détendue sur l’avenir !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>