COUCHER POUR RéUSSIR : MES 5 TRUCS POUR DORMIR (ET PERFORMER)

Conseils et astuces / écrit par Candice Colin | fév 16, 2015
OFFICINEA good night

CONSEILS ET ASTUCES 

Après les vacances la semaine dernière, aujourd’hui on parle sommeil. Du coup,  vous allez finir par croire que je ne pense qu’à me la couler douce.

Ceci étant dit, depuis que je suis petite, je me couche tôt. Mes parents étaient  intransigeants à ce sujet. Pas de télé le soir. Aucune exception en semaine (le week-end n’était pas beaucoup plus fun jusqu’à 15 ans). Résultat, l’année de mes 18 ans, je me couchais tous les soirs en semaine à 20h00.  Un peu extrême, je vous l’accorde. Mon départ de la maison, une fois mon bac en poche, ne changea pas grand chose à cette habitude pour le moins inhabituelle chez une post ado et autant vous dire que les soirées étudiantes en semaine, ce n’était pas franchement mon truc (pas d’inquiétude amies lectrices, la party girl s’exprimait pleinement le week-end !)

Et puis est venu le temps des stages (et oui il y a plus de 20 ans on faisait déjà des stages) . Pour l’un des tous premiers, j’avais été  pistonnée /recrutée par un membre de ma famille. Outre m’intégrer dans son équipe, il m’accueillait aussi chez lui le temps de ma mission. A l’époque,  le concept du bonnet nuit de 22 ans qui se couche le soir à 21h00 l’avait, comment dire, interloqué …  Au point qu’un jour, il n’a pas pu s’empêcher : "tu sais Candice tu vas devoir régler deux problème si tu veux réussir. Le premier c’est que tu n’as pas fait de bonne études" (ah bon ben merci, moi je trouvais ça pas mal). "Du coup tu vas devoir bosser deux fois plus que les autres". "Mais surtout, tu dors trop".  Wahouu je dormais trop ! Et vous savez quoi ? L’espace d’un instant (qui a duré quand même quelques années), je l’ai cru !

Pourtant toutes les études sont formelles. Les individus qui dorment entre 4 et 6 heures par nuit voient leurs performances cognitives décliner au bout de 48h00, sans qu’ils s’en aperçoivent d’ailleurs. Seule 1 à 3% de la population  peut soutenir ce rythme sans effet. Pour les autres, le minimum syndical c’est plutôt 8h00. Si je ne respectais plus vraiment cette règle quand j’étais salariée, je peux vous garantir que je l’ai érigée en philosophie de vie depuis 10 ans que je suis entrepreneuse et je m’en trouve beaucoup plus performante. L’âge venant, cela passe quand même par quelques règles que j’essaie de suivre scrupuleusement (même si je ne me couche plus à 21h00).

1 – Pas de café après 13h00 – A la base, je ne suis pas une grande consommatrice de café. Pendant longtemps, même lors de petits dej professionnel, je buvais des chocolats au lait. La consommation de café m’est venue vers 30 ans. Ces derniers mois, j’essaie de me limiter à une seule tasse le matin, ensuite je passe au déca.

 2- Une activité physique régulière – On en a déjà parlé, le sport c’est non négociable. L’année dernière, je me suis fracturée une côte et j’ai du rester inactive pendant près de 3 mois, mon sommeil s’en est clairement ressenti. Depuis, je cours et je fais du ski et du snowboard tous les week-end.

A lire aussi : Run, baby run

3 – Une chambre  tempérée. Chez nous, l’hiver, elle ne dépasse pas 19/20 degrés.  Au début je trouvais cela un peu rude, surtout le matin mais on dort tellement mieux que la question ne se pose même pas.

4 – Pas de travail une fois couchée - Lorsque les smartphones et autres tablettes sont apparus, je ne savais plus m’arrêter. J’en arrivais à lire mes mails à n’importe quelle heure (en pleine nuit si je me réveillais, le matin encore couchée …) Maintenant c’est fini.

5 – Pas de stress avant de s’endormir - pendant plusieurs années, Monsieur Mari trouvait que le moment le plus adapté pour discuter de sujets potentiellement stressants, c’était aux alentours de 22h00. Et comme une cloche, j’écoutais, argumentais  … Là aussi, fini. Je refuse toute conversation qui pourrait m’angoisser. En éteignant,  je visualise souvent la mer et le bruit des vagues.

 Il est toutefois un point qui reste problématique : si je ne consulte plus mes mails une fois couchée, je reste addict à ma tablette. Or il est prouvé que la lumière bleue émanant des écrans impacte directement le sommeil (y compris le temps passé sur ordinateur la journée). Je m’apprête donc à tester une nouvelle génération de lunettes bloquant une partie de cette lumière. Si c’est concluant, je vous en dis plus très vite. Et bien sur,  je suis preneuse de tous les trucs qui pourraient m’aider …  Et vous, quelles sont vos astuces ? 

 

Une réflexion au sujet de « Coucher pour réussir : mes 5 trucs pour dormir (et performer) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>