COMMENT RENDRE NOS ENFANTS OPTIMISTES ?

Conseils et astuces / écrit par Candice Colin | déc 15, 2014
Comment rendre nos enfants optimistes ?

CONSEILS ET ASTUCES 

Je poursuis aujourd’hui mes billets sur l’optimisme encore toute à ma joie d’être intervenue jeudi dernier à la conférence « Osons l’optimisme » à Marseille aux côtés d’un panel d’optimistes patentés et de Thierry Saussez, le créateur du printemps de l’optimisme dont je vous ai déjà parlé. Au moment de conclure, Thierry Saussez insistait sur le fait que les jeunes français sont aujourd’hui plus optimistes que leurs parents. A ma grande surprise, je dois bien l’avouer.  Je les voyais en effet plus désenchantés et je n’ai pas pu m’empêcher de partir en quête de quelques données chiffrées. Et force est de constater que les 18-24 ans sont en effet plus enclins que leurs ainés à voir l’avenir sous un jour positif.

Ceci étant dit, les chiffres n’explosent quand même pas les compteurs. En tant que maman, l’optimisme de mes enfants, leur foi dans l’avenir est une de mes préoccupations majeures d’autant que l’un de mes fils doit se battre au quotidien contre une dyslexie sévère qui aurait déjà pu le laminer. Je considère qu’il est de ma responsabilité de faire en sorte qu'ils n’aient pas peur et embrassent le futur avec confiance, avec l’envie d’en être et pas celle de disparaître … Alors, à la maison, on se booste tous ensemble.

 1 - On dope leur confiance en eux. Pour moi, c’est la base. Je ne comprends pas que certains instituteurs en 2014 soient encore capables d’expliquer à des enfants qu’ils sont nuls en espérant un sursaut ! Un enfant aussi intelligent soit-il aura beaucoup de mal à aborder avec optimisme sa vie d’adulte s’il n’a pas acquis une solide confiance en lui dans ses jeunes années.  Sport, musique et bienveillance, voilà mon cocktail magique J

 2 - On leur répète tout le temps que tout est possible : là, on reste un peu dans la même idée. Au risque d’en faire trop, je répète constamment à mes enfants qu’ils doivent croire en leurs rêves

 3 - On développe leur ouverture aux autres et à la différence. Pour nous, c’est d’autant plus important que nous sommes nous-mêmes touchés par la différence. Depuis qu’il est petit, nous expliquons à notre fils ainé que sa différence est une chance et une force. L’une de nos plus grandes fiertés est qu’il en est aujourd’hui en grande partie convaincu et est lui même très sensible à la diversité. Pour moi, il est essentiel que mes enfants n’aient pas peur de ce qu'ils ne connaissent pas et qu’au contraire ils le  voient comme une richesse.

 4 - On parle de l’échec en leur expliquant qu’ils ont le droit de se planter. Et sur ce point là, je ne suis pas très française. Comment peut-on être optimiste si on est tétanisé par le fait de se planter (je sais de quoi je parle, j’étais une petite fille catastrophée à l’idée de ne pas y arriver et je travaille encore ce point très régulièrement)

5 - On commence à leur expliquer le monde en marche.  A 9 et 11 ans, ils sont maintenant suffisamment grands pour que nous puissions les sensibiliser le plus possible aux grands changements qui nous attendent et leur donner envie d’y participer.

Ce sont nos trucs à nous. Et vous, que faites vous pour booster l'optimisme de vos enfants ? 

A lire aussi : Vive l'optimisme

Et aussi : Les 10 trucs à piquer aux danois

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>